Un virage de méandre au pied d’une terrasse alluvionnaire, à galets et graviers roulés

24 juillet 2019. Le temps est radieux, en ce jour d’été, et j’ai décidé de partir faire une petite sortie orpaillage en solo, peinard, après avoir accompli mes obligations entrepreneuriales.

Pour commencer et bien décrire le site de prospection, il s’agit d’une gravière dans un virage d’une méandre de rivière de montagne, située dans les Pyrénées ariégeoises.

J’y avais déjà réalisé d’autres essais de prospection aurifère en ce lieu, qui s’étaient révélés intéressants.

Aussi, chers lecteurs, du moins ce qui lisent ces lignes pensant pouvoir s’enrichir avec l’or (les vénaux), sachez que c’est une peine perdue d’avance, que c’est une chimère ; et que ce concept n’est ni l’objet, ni l’intention de mes études.

Les vrais orpailleurs cherchent pour le plaisir, en tant que sportifs, en pratiquant cet “art martial” ancestral qui pourrait paraître “druidique” pour certains. Mais tout peut s’apprendre! Il suffit d’être curieux et d’expérimenter, de se documenter.

Les chercheurs ne trouvent pas toujours systématiquement, sinon cela serait trop facile. Il faut chercher et échantillonner avec un pan.

Finalement, la prospection aurifère s’est révélée être positive, avec la présence de plusieurs petites paillettes d’or très fin, trouvées dans 3 pans successifs.

SOMMAIRE:

Spécimens observés

L’observation au microscope révèle la présence de plusieurs paillettes d’or fin, très petites, mais elles existent et sont bien présentes au fond du pan.

Un virage de méandre au pied d’une terrasse alluvionnaire, à galets et graviers roulés
Des paillettes d’or fin découvertes dans une gravière aurifère, dans une méandre.

Donc j’ai découvert du petit or en grain, très fin, essentiellement de couleur jaune, ce qui confirme la présence d’or dans certaines gravières ou terrasses dans un virage de méandre.

Le site de prospection

Ce cas d’étude présente pour moi 3 intérêts majeurs:

  • C’est une zone de méandre,
  • Au pied d’une gravière alluvionnaire de graviers, rochers, galets roulés et de sables, riche en végétaux.
  • En aval d’un obstacle, c’est une zone de turbulences.
Un virage de méandre au pied d’une terrasse alluvionnaire, à galets et graviers roulés
Pour cette étude, j’ai cherché au pied à l’aplomb de la terrasse constituée d’une ancienne gravière de galets et de graviers roulés, situé dans un virage de méandre d’une rivière de montagne d’Ariège.
Un virage de méandre au pied d’une terrasse alluvionnaire, à galets et graviers roulés
Le cercle rouge correspond à la zone de test, dans laquelle j’ai réalisé mon échantillon.
Un virage de méandre au pied d’une terrasse alluvionnaire, à galets et graviers roulés
J’ai creusé pour ce test à la base de la terrasse, dans la gravière, directement dans les alluvions composés de graviers et de galets roulés. J’ai tamisé avec une maille assez large <1 cm.
Un virage de méandre au pied d&#8217;une terrasse alluvionnaire, à galets et graviers roulés
Une autre vue du site de prospection. En tout j’ai prélevé le contenu de 3 pans, que j’ai lavé dans la rivière.
Un virage de méandre au pied d&#8217;une terrasse alluvionnaire, à galets et graviers roulés
Un indice important m’a été utile, je l’avoue, c’est la présence de la fourchette dans ce trou, et aussi d’autres morceaux de métal et de fer rouillé, un signe de présence de matériaux regroupés lourds ici.
Un virage de méandre au pied d&#8217;une terrasse alluvionnaire, à galets et graviers roulés
Il est très important de reboucher les trous au fur et à mesure, après avoir réalisé des prélèvements! C’est une règle de base pour tout bon prospecteur! Par ailleurs, c’est une obligation!

Pourquoi ici?

En fait, je sais déjà, grâce à plusieurs essais, que la rivière est aurifère, et je cherche des lieux où les concentrations sont plus importantes pour les paillettes d’or. Il faut donc chercher, mais pas n’importe où!

Voici l’ensemble des données prises en comptes:

  • La configuration des lieux: dans un virage de méandre, au pied d’une ancienne terrasse de graviers et de galets roulés, il y a aussi beaucoup de quartz et des objets ferreux/hématites. J’ai trouvé une fourchette dans le trou de prélèvement. Le site de prélèvement est une zone de turbulence, située en aval d’un obstacle majeur, et en aval d’un gros rocher.
  • Données géologiques du BRGM: dans un bassin sédimentaire du Quaternaire. Plus en amont, il y a du grès, du schiste, du marbre, du calcaire, du granit, du conglomérat quartzeux, de la breccia. La rivière traverse ses différents types de terrains et en érode les contenus.
  • Données historiques et littéraires: des textes anciens, et récents, des articles de presse, des données littéraires confirment la présence d’or dans la localité et les cours d’eau.
  • Donnés minières: il y a aussi dans la localité dans un rayon de 10 km, la présence de nombreuses anciennes mines de galène (sulfure de plomb argentifère) et de blende (sulfure de zinc), avec des gisements cuivreux anciens. La plupart sont presque oubliées, voire perdues, mais en faisant des recherches dans des archives j’ai pu les retrouver et les localiser précisément. J’ai aussi demandé aux locaux et aux anciens des villages, certains en connaissent l’existence approximative, mais pas précisément où.
  • Recherches personnelles: nous avons déjà trouvé de l’or dans cette rivière, lors d’autres tests de prospections aurifères, voici d’autres articles et références à ce sujet: 1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10. Certains endroits peuvent constituer des zones de concentration aurifères, pour des raisons physiques essentiellement.
Un virage de méandre au pied d&#8217;une terrasse alluvionnaire, à galets et graviers roulés
Une observation attentive des galets et des graviers montre la présence d’un grand éventail de types de roches, comme le quartz, le conglomérat, l’ardoise, le marbre, le granit, du schiste. On y trouve aussi des roches vertes et des roches oxydées.

Les roches présentes

Ainsi, l’observation du sol montre la présence de plusieurs espèces de roches et de minéraux typiques de la localité:

  • quartz,
  • ardoises ou schistes noirs et bleus,
  • conglomérats,
  • marbres,
  • granits,
  • calcaires,
  • roches oxydées,
  • roches vertes.
Un virage de méandre au pied d&#8217;une terrasse alluvionnaire, à galets et graviers roulés
Cette photographie présente l’ensemble des types de roches visibles sur le site de prélèvement, et charriés par la rivière. Le sables et les alluvions en cet endroit sont très sombres et fins.

Je dois aussi souligner que le milieu est très humide, très humique, avec la présence de mousses, épiphytes et de végétations, avec un réseau racinaire, à proximité immédiate.

Ainsi je n’ai pas fait de prélèvement dans ces matériaux biologiques parce que je veux les préserver ; j’ai prélevé uniquement à la base du talus et en aval de l’obstacle que représente le gros rocher.

Matériel utilisé

Pour cette prospection, j’ai utilisé le matériel suivant:

  • 1 pan américain classique lavé et propre,
  • 1 tamis large maille <1 cm confectionné par mes soins,
  • 1 mini pèle,
  • 1 mini pan,
  • 1 microscope binoculaire,
  • 1 pipette,
  • 1 flacon propre.

Méthodologie de travail

Tout d’abord, j’y ai prélevé l’équivalent de 3 pans de matériaux alluvionnaires, avec une petite pèle, que j’ai tamisé avec une maille large < 1 cm.

En effet, je veux garder du gravier pour bien débourber et pour bien laver et classer les matériaux lourds.

Ensuite j’ai lavé successivement les 3 pans à l’eau, dans la rivière, en utilisant un an américain classique.

Finalement, j’ai récupéré les contenus des concentrés de sables noirs obtenus avec une pipette, pour remplir un petit flacon.

Enfin j’ai pratiqué les observations au microscope binoculaire pour isoler les spécimens et les identifier individuellement. Pour cela, j’ai utilisé un mini pan.

Bien évidement, les pans sont propres, lavés, ainsi que la pipette et le flacon.

Résultats

En fait, le concentré de sables noirs de plusieurs pans révèle la présence de plusieurs paillettes d’or issues des alluvions de la gravière.

En effet, j’ai trouvé en tout une quinzaine de paillettes d’or fin, des grains minuscules mais bien existants, en forme de petites patates.

Un virage de méandre au pied d&#8217;une terrasse alluvionnaire, à galets et graviers roulés
Une constellation de petites paillettes d’or très se dévoile dans le mini-pan. La photo a été prise avec un smartphone, en mode zoom. La technique du tapotage a permis d’isoler les paillettes d’or.
Un virage de méandre au pied d&#8217;une terrasse alluvionnaire, à galets et graviers roulés
Un groupe de petits grains d’or minuscules observés au microscope binoculaire. Ce type d’or détritique est en général très pur et très fin, avec un indice de titre important. Les paillettes d’or de l’Ariège ont toujours été réputées pour leurs finesses et pureté, et ce durant toute l’Antiquité, le Moyen Age et la Renaissance, jusqu’à l’épuisement des gites et des anciennes concessions aurifères exploitées jadis.

Ces grains d’or patatoïdes sont très boursouflés, peu aplatis, il n’ont rien à voir avec une forme de flaque, ni dendritique/cristalline.

Soit c’est de l’or récemment libéré et remanié dans la nature et qui a été peu roulé dans la rivière.

Soit c’est de l’or dissous qui a précipité par des processus chimiques complexes au fil du temps, des nurseries à or en quelque sorte.

Un gros débat évolue à ce sujet au sein des orpailleurs et personne n’a de réponses fermes et définitives sur l’origine de l’or en Ariège.

Par ailleurs, il faut noter la présence d’un spécimen particulier, une paillette d’or gris, ou électrum, un alliage naturel d’or et d’argent. Ce constat n’est pas une surprise puisqu’il y a des anciennes mines de galène argentifère sur le territoire.

Conclusions

Pour ma part, j’ai passé un bon moment en pleine nature, et en pleine tranquillité, au contact des éléments ; je suis d’autant plus ravi d’avoir découvert quelques paillettes d’or.

Pour conclure, faire de la prospection aurifère dans les méandres des rivières aurifères augmente les probabilités de trouver des paillettes d’or, cela ne fait aucun doute.

En effet il faut chercher surtout à proximité de terrasses ou d’anciennes gravières ou au pied des talus, il faut privilégier des endroits où les matériaux denses et lourds s’accumulent (fer, hématite, objet en métal).

Il faut surtout prendre soin des sites de prélèvements, car chercher de l’or ne doit absolument pas signifier de bousiller tout un environnement au départ sain et naturel.

Enfin, j’affine mes recherches, et aussi le suis plus précis dans mes prospections, mais aussi dans les techniques d’orpaillage employées.

Références

Vidéos

Comme pour les chercheur d’or il est essentiel de bien comprendre et de bien interpréter la morphologie des rivières et des fleuves, y compris les mécanismes de formation des méandres dans les cours d’eau, voici des vidéos utiles à ce sujet:

  • Astuces du prospecteur Gold Hog, dans une vidéo en langue anglaise, sur la recherche de l’or dans les rivières. Une vidéo très instructive, disponible ici: https://www.youtube.com/watch?v=fCIiak37b3c

  • Une vidéo de Whex Goldline qui présente l’intérêt des méandres des rivières, et la formation des dépôts de gisements aurifères dans celles-ci.

  • Un cours de géologie en vidéo qui présente la formation des méandres dans les fleuves et les rivières.

  • Comment fonctionne l’érosion des rivières, et la formation des méandres ou des gravières, grâce à une vidéo d’animation en langue anglaise.

  • Une vidéo qui montre par une petite expérience, la formation des méandres dans les cours d’eau.

  • Une expérience de laboratoire montre la formation de méandres et leurs évolutions.

  • Tout en dessin animé et très ludique, voici une vidéo sympa à découvrir, qui explique aux enfants comment se forme les méandres de nos rivières. vidéo en langue anglaise.

  • Un cours magistral de géologie, donnée par un professeur, qui explique les mécanismes de formation des méandres dans la nature, et aussi leurs évolutions dans le temps.

Web

  • La page web du site Orpaillage.fr présente les indices toponymiques utiles pour les chercheurs d’or. Je vous recommande d’en mémoriser les principes. Lien ici : http://www.orpaillage.fr/lieux/toponymes.html
  • Pour travailler correctement, il vous faudra aussi des cartes anciennes, pour cela, il faut utiliser le site web Géoportail, qui regroupe différentes cartes. Lien ici: https://www.geoportail.gouv.fr/carte. Le site propose:
    • Cartes d’état major,
    • Cartes IGN récentes,
    • Cartes Cassini,
    • Cartes du cadastre,
    • Cartes géologiques,
    • Photos aériennes,
    • Photos satellites.

Livres

Orpaillage et géologie:

  • Le livre français édité par le BRGM et écrit par Christian Guiollard, et intitulé le Guide pratique du chercheur d’or en France, cet ouvrage est une référence. Il y a un large chapitre de cours sur l’or alluvionnaire. Je vous recommande tous les livres de cet auteur qui est aussi historien des mines d’or française. Livre disponible à l’achat sur le site de la Fnac.
  • Il y a aussi la lecture attentive du livre sur l’orpaillage de P. Proust, datant de 1920, intitulé Prospection, gisements, extraction de l’or, des éditions Gauthier-Villars et Cie. Livre disponible ici.

Histoire & archéologie (Ariège):

  • A. Lacomme, Étude minéralogique des dépôts aurifères, de l’Ariège au Salat, dont le résumé est ici et sur WorldCatPremier mémoire sur l’or retiré de l’Ariège, de DIETRICH (DE) Baron, des éditions Lacour Rediviva. Disponible ici.
  • Ariège – Pyrénées MUSSY (M.), 1864 – Gîtes métalliques du Saint-Gironnais, Pages 80, 81, 82,83, disponible ici.
  • Les ressources minérales de l’Ariège de M. MUSSY, 1ère et 2ème partie, disponibles ici et ici.
  • Au Pays des Hommes et du Fer, le livre intitulé Richesses et exploitations minières en Ariège, Tome 1 et Tome 2, du géologue Henri Tabarant. Il sont devenus introuvables.
  • Etudes historiques sur l’ancien pays de Foix et le Couserans, de Adolphe Garrigou, 1856, des éditions Lacour Rediviva. Disponible ici.
  • Etudes historiques sur l’ancien pays de Foix et le Couserans limites de l’ancienne Aquitaine et de la Province Romaine du temps de Jules César, de Adolphe Garrigou, 1856, des éditions Lacour Rediviva. Disponible ici.
  • Vallées ariégeoises avant l’invasion romaine, de Adolphe Garrigou, 1856, des éditions Lacour Rediviva. Disponible ici.
  • Le gisement et le traitement direct des minerais de fer dans les Pyrénées & l’Ariège (Ed 1843), Hachette Livre, BNF, de Jules François.
Un virage de méandre au pied d&#8217;une terrasse alluvionnaire, à galets et graviers roulés
Il y a de l’or ici?

NB. Pour des raisons évidentes de préservation des lieux sauvages et des biotopes, je ne divulguerai pas les localisations précises de mes recherches. Car je tiens à conserver en l’état et à l’abris des curieux, des touristes, des fâcheux, de vénaux ou des mercantiles ces endroits magnifiques et magiques.

Si vous orpaillez, rebouchez vos trous! Respectez la nature et l’environnement, ramassez les déchets et les objets métalliques pour nettoyer les rivières.

Copyrights Vivien Laïlle, Copyright Goldsnoop.com 2019, droits réservés.

(Visited 254 times, 1 visits today)