11 techniques pour isoler l’or des concentrés de sables noirs

On orpaille, on est content et on a du sable noir aurifère! C’est la fête! mais comment le raffiner correctement? Je vais tenter d’expliquer ici toutes les méthodes qui existent, sans tabous.

Le but de cet article à caractère informatif est de vous présenter les différentes solutions possibles pour affiner les concentrés des sables noirs des pans ou des sluices, pour en séparer l’or fin ou en farine.

Je me suis inspiré d’un cours vidéo du prospecteur américain Ask Jeff Williams, une référence dans ces domaines, et qui publie de nombreuses vidéos sur l’orpaillage aux USA.

Avant toute chose, il faut que vos concentrés de sables noirs contiennent réellement de de l’or, sinon cela ne sert à rien, c’est la raison pour laquelle il est important de réaliser de nombreux prélèvements d’échantillons pour en avoir la certitude.

Les techniques à utiliser varient en fonction de la qualité, de la finesse et des types de concentrés des sables noirs obtenus, mais aussi, en fonction de leurs possibilités légales.

Attention! Certains procédés sont contraires à l’éthique des orpailleurs de loisir. C’est aussi le bon moment pour rappeler celles qui sont prohibées.

Pour être scientifiquement, historiquement et culturellement le plus complet et rigoureux possible, j’ai regroupé ici toutes les techniques connues, mais certaines sont interdites en France. Celles-ci seront précisées.

Il en existe une douzième, écologique et à l’étude, dite du « Sugar Gold Extraction » (Extraction de l’or par des sucres spécifiques), voir articles et thèses ici, ici et ici.

SOMMAIRE

Vidéo à consulter

Voir la vidéo en langue anglaise en streaming en cliquant sur le lien ici: https://www.youtube.com/watch?v=7c0SAqWBjug

Cette vidéo a servi de base de structure et de contenu à la rédaction de cet article.


Qu’est ce que le sable noir?

Le sable noir, c’est l’ensemble des matériaux les plus denses obtenus au fond du pan ou d’une batée, après avoir lavé les alluvions et les graviers.

Tout d’abord, la présence de sables noir n’est pas une stricte obligation pour trouver de l’or, mais sa détection et sa présence augmente les probabilités d’en trouver dans l’endroit étudié.

Les orpailleurs traquent le sable noir dans le cadre de leurs recherches aurifères, dans les plages océaniques et les rivières des montagnes.

Les sables noirs sont obtenus après un lavage au pan, mais is peuvent aussi être présents tel quel dans la nature, directement visible et observable, sous la forme de lieux de concentrations.

Le sable noir est composé d’oxydes cristallins, comme la magnétite (noire) et l’hématite (marron). La magnétite est très magnétique (aimantée). L’hématite réagi uniquement avec des aimants de terres rares.

Cependant, il comporte aussi de la pyrite, silvanites, des grenats…

Ce type de sable a une densité moyenne de 5 à 11. On peut trouver de l’or avec ou sans la présence de ces minéraux.

Les minéraux contenant du fer sont très communs dans 2 types de roches: ignées et métamorphiques.

Les dépôts aurifères sont souvent présents et associés à ces types de roches.

Des paillettes d’or sous 2 gros rochers ovales dans un placier alluvionnaire
Du sable noir et des paillettes d’or, au fond d’un pan. Ici la photo est zoomée.
Des paillettes d’or sous 2 gros rochers ovales dans un placier alluvionnaire
Ce flacon contient du concentré de sables noir denses et métalliques, en provenance de fond de plusieurs pans successifs. Si ce dernier est aurifère, les paillettes d’or seront présentes en son sein, et observables au microscope.
Des paillettes d’or sous 2 gros rochers ovales dans un placier alluvionnaire
Les sables noirs aurifères contiennent des paillettes d’or ou d’électrum.
Des paillettes d’or sous 2 gros rochers ovales dans un placier alluvionnaire
Un détecteur de sables noirs de ma conception. Inspiré depuis cette vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=riQFzOud3XQ

Pour séparer les particules de fer, plus ou moins oxydées, les magnétites, du reste du sable noir, on utilise un aimant.

Détecter les sables noirs avec un aimant à de particules ferreuses (vidéo de Athos Hellgoth, un prospecteur passionné et basé en Bretagne): https://www.youtube.com/watch?v=GbjrdBLO0C0


Un exemple de gîte de sables noirs directement observables en Bretagne, au bord de l’océan Atlantique: https://www.youtube.com/watch?v=D_Y7bncpkUg


Classifiez, classifiez et classifiez!

L’un des principes fondamentaux, souvent négligé par les prospecteurs néophytes, c’est de bien classer et tamiser les sables noirs en plusieurs catégories de tailles.

En effet, et j’en suis la preuve, au début, j’ai sous-estimé largement l’importance du classement par tailles des concentrés de sables noirs avec des tamis adaptés.

Lorsque j’ai voulu essayer la table de Miller ou le Bowl concentrator, ce furent des échecs assurés!

Le classement et le tamisage des sables noirs est la première étape primordiale, pour bien travailler correctement.

C’est la clef du succès avec les principaux outils de séparation de l’or dans le marché (tamis de différents maillages).

Il est recommandé de sécher les contenus de sables noirs, et d’empilez vos tamis. Vous pouvez le faire mouillé mais le résultat est meilleur sec.

Les tamis dans l’ordre suivant: mesh 30, 50, 70, 100. Il faut toujours utiliser les tamis séparément, et dans un certain ordre précis:

  • mesh de 30, au sommet,
  • mesh de 50, juste en dessous,
  • mesh de 70, en dessous.

Il est possible de nettoyer préalablement les sables noirs:

  • en ajoutant du vinaigre de cidre et en le laissant reposer 12h/24h, puis laver la boue noire (fer dissout),
  • il est aussi possible d’utiliser un mélange de vinaigre blanc et de sel avec les sables noirs, et de les placer dans un pot en verre, en laissant agir pendant 1 semaine.

Une autre technique consiste à broyer et à faire griller les sables noirs, cela permet de libérer l’or microscopique. Il faut ensuite le verser dans de l’eau pour laver au pan.

Pourquoi faut-il classifier les sables noirs?

L’or se sépare très facilement depuis différents matériaux de tailles différentes, à cause de sa gravité et densité spécifique.

Il est en effet considérablement plus lourd que les autres matériaux de même dimensions.

Aussi, l’or a une densité de 19.3, tandis que le sable noir, a une densité moyenne plus légère de 5 à 11.

Si votre matériau est plus de 5 fois le volume de votre or, il le déplacera

N°1: le cyclone blue bowl concentrator

L’avantage c’est qu’on peut se fabriquer un bol concentrateur cyclonique très facilement, je m’en suis d’ailleurs fabriqué un moi-même.

Le blue bowl est à utiliser pour l’or en farine, ou les paillettes très fines, très petites.

Des paillettes d’or sous 2 gros rochers ovales dans un placier alluvionnaire
Un blue bowl concentrator par aspiration de ma conception et fabrication, avant les corrections. En effet, l’ouverture centrale étant trop petite, j’ai du l’agrandir. C’est par de multiples essais qu’on améliore ses outils de travail. Il est très important de tamiser les concentrés de sables noir et de les classer avant. Ne surtout pas les mettre en vrac, chaque session doit être uniforme. Il faut mettre en dessous un bac ou un mini sluice, et de l’air doit pouvoir passer librement (pour former le tourbillon d’aspiration).

Pour bien utiliser les avantages d’un blue bowl, il faut tamiser avec une mesh de 30 minimum, ou plus. Il est important d’uniformiser les sables pour ce travail.

Les tamis doivent être disposés en étages dans l’ordre suivant, pour créer 3 ensembles de tailles uniformes:

  • mesh de 30, au sommet,
  • mesh de 50, juste en dessous,
  • mesh de 70, en dessous.

Il faut utiliser un flux d’eau vertical et tamiser le sable mouillé lors de cette opération de tamisage.

Les 3 lots de sables noirs peuvent ensuite être passées séparément au blue bowl, ils doivent être mouillés.

La position du blue bowl doit impérativement être horizontal, pour cela, il faut utiliser un niveau à bulle.

Comment utiliser un concentrateur blue bowl? https://www.youtube.com/watch?v=3PZLUdznI_I



Un autre exemple d’utilisation du blue bowl: https://www.youtube.com/watch?v=-n9-4rpJAkE



N°2: les roues en spirales

Les matériaux peuvent commencer à une mesh de 20.

Le flux de l’eau doit être bas et l’inclinaison de 45° à 50°.

Cet outil est idéal pour pour les matériaux > à mesh 20.

Comment utiliser une roue à spirale? https://www.youtube.com/watch?v=L3qgUL86cK4



N°3: le gold cube

Le gold cube est idéal pour les lavages d’or fin.

Les sables noirs peuvent y être placés mouillés ou secs.

L’usage d’un surfaçant (Jet Dry) n’est pas requis.

1500 à 2000 galons par heure pour la pompe.

Exemple de gold cube en action: https://www.youtube.com/embed/iF-KDC8BITw



N°4: le vortex sluice

Les spirales gardent les matériaux en mouvement dans l’eau.

Les matériaux légers sont expulsés et l’or reste au fond des spirales, qui font office de mini marmites.

Pour cela, il faut utiliser les tapis de types Devin ou Vortex.

Exemple de vortex sluice: https://www.youtube.com/embed/8OVcQsR8u6Q



N°5: la table de Miller

Comment utiliser une Miller table? https://www.youtube.com/watch?v=UC9fGe-UQLs

Une autre vidéo sur la Miller Table: https://www.youtube.com/watch?v=mcmhBwBy5ZI



N°6: les fluid beds (jigs)

Un exemple de fluid beds jgs: https://www.youtube.com/watch?v=SQrvxo_p4Y8



N°7: les tables vibrantes

Les tables vibrantes sont à utiliser uniquement pour les concentrés très riches en paillettes d’or ; elles sont courantes aux USA et au Canada.

On voit régulièrement ce type de table dans les émissions populaires américaines de Discovery Channel ou sur National Geographic sur les prospecteurs américains.

Comment utiliser une table vibrante? https://www.youtube.com/watch?v=e_GNWSkijCM



N°8: le grillage et la fonte des sables noirs

J’ai rédigé récemment un article complet sur les techniques de grillages et de torréfactions des sulfures (pyrites, chalcopyrites, arsénopyrites, galènes, blendes aurifères), pour tenter d’en expliquer le principe.

La technique site du roasting and melting, qui consiste à oxyder les contenus des sables noirs denses et métalliques en les oxydant, en les grillant dans une poêle.

Puis dans un second temps, on crée une réaction de réduction, en fondant dans un creuset les sables noirs oxydés. Cela permet de libérer l’or.

Enfin, le contenu en fusion porté à 1 100 degrès Celsius est versé dans un moule en forme de cône.

L’or très dense et lourd ira au fond de ce cône.

En général, ce procédé est privilégié pour les sables noirs ou contenus riches en pyrites, chalcopyrites, arsénopyrites,…

Le but est d’oxyder les sulfures (sulfides) en les brulant, pour séparer le fer, le cuivre de l’or/argent.

La poudre devient ocre car le fer est présent oxydé sous forme de rouille.

Le fer peut être supprimé avec un aimant.

L’or est ainsi libéré en particules très fines voire moléculaires.

Je vous recommande la lecture de: Roasting of Gold and Silver Ores and the Extraction of Their Respective Métals, par G. Kustel, ingénieur minier et métallurgiste américain, datant de 1870. Livre en anglais disponible sur Google Books ici.

Comment griller les sulfures et fondre un boutton d’or? https://www.youtube.com/watch?v=LvB7I4Cr6Jo


Le grillage des sulfides et la fonte des sables noirs:




N°9: le mercure (INTERDIT ATTENTION!!!)

L’utilisation du mercure est strictement interdite en France et en Europe, pour des raisons de toxicité et de pollution environnementale.

Cette technique est malheureusement répandue dans le monde, en Afrique et en Amérique du Sud, mais aussi en Asie et aux Etats-Unis.

L’utilisation du mercure est la cause de nombreux décès parmi les hommes et les animaux partout dans le monde.

En Guyane française, l’usage du mercure crée des gros dommages environnementaux.

L’usage du mercure est contraire à l’éthique des orpailleurs.

Exemple d’utilisation du mercure (interdit!): https://www.youtube.com/embed/yAGYGGmUmUw


Un autre exemple d’utilisation du mercure (Interdit!): https://www.youtube.com/embed/rOGf9XV3UDo



N°10: l’eau régale, Aqua Regia (INTERDIT ATTENTION!!!)

Beaucoup d’orpailleurs envisagent d’utiliser ce procédé, mais c’est une mauvaise idée, cela est réservé aux industriels.

L’eau régale ou eau royale (aqua regia en latin) est un mélange d’acide chlorhydrique et d’acide nitrique concentrés dans une proportion de 2 à 4 volumes d’acide chlorhydrique pour 1 d’acide nitrique.

La réaction entraine a la formation de vapeurs toxiques, ce procédé est réservé aux industriels et aux mines.

Une fois l’or dissout, il est possible de le faire précipiter pour en obtenir finalement une poudre très pure et très fine d’or.

L’usage de l’eau régale est contraire à l’éthique des orpailleurs de loisir, pour des raisons de pollutions environnementales essentiellement, car que faire des liquides chimiques résiduels?

Utiliser de l’eau régale et dissoudre l’or: https://www.youtube.com/embed/qUPNOxlCq6g


Un autre exemple d’utilisation de l’eau régale: https://www.youtube.com/embed/iwnKU89CCdI


Une autre vidéo qui montre le fonctionnement: https://www.youtube.com/embed/XoqU1GfIOkI



N°11: le cyanure (INTERDIT ATTENTION!!!)

Pour finir et être complet, il ne faut pas oublier l’usage des cyanides, surtout dans les industries aurifères minières lourdes et de grandes ampleurs.

En chimie, le terme cyanure désigne :

  • l’ion cyanure C≡N, anion constitué d’un atome de carbone lié par une liaison triple à un atome d’azote et portant une charge élémentaire négative ; base conjuguée du cyanure d’hydrogène H-C≡N, dont la solution aqueuse porte le nom d’acide cyanhydrique ;
  • les sels de cet ion, tels que les cyanure de potassium (KCN), de sodium (NaCN) ou d’argent (AgCN) ;
  • les molécules organiques comportant le groupe cyano -C≡N, formellement appelés nitriles.

Dans le langage courant, le terme cyanure désigne généralement une des formes impliquées dans les intoxications au cyanure : cyanure d’hydrogène gazeux, cyanure de potassium ou cyanure de sodium.

Le cyanure est un poison létal très puissant et très dangereux, dont l’utilisation est interdite et contraire à l’éthique des orpailleurs.

Comme le mercure, le cyanide est très dangereux pour la faune et pour la flore, mais aussi pour les écosystèmes et l’environnement.

Tous les deux sont responsables de nombreux décès et dommages dans le monde entier.

Exemple d’utilisation de cyanure pour dissoudre de l’or: https://www.youtube.com/embed/oNlbb0zvLAs


Conclusions

Comme nous l’avons expliqué, il est important de classer et de tamiser les sables noirs, pour les uniformiser au niveau des dimensions. Il faut créer plusieurs lots.

Les techniques au mercure et au cyanure sont rigoureusement interdites et dangereuses, et sont contraires à l’éthique des orpailleurs de loisir en France.

Pour ma part, les techniques que je préfère et recommande sont les suivantes:

  • le blue bowl,
  • la Miller table,
  • le vortex sluice.

Cependant, je dois tester la roue en spirale et le fluid beds, mais je n’ai pas le matériel adéquat.

La table vibrante je pense que ce n’est pas adapté: trop volumineux et cela prend trop de place.

Il faut bien veiller à adapter l’outil au type de concentrés de sables noirs à affiner.

Par exemple, pour les sables riches en sulfures la technique du grillage peut être intéressante, mais je ne dispose pas de ce type de matériel sous la main.

Des paillettes d’or sous 2 gros rochers ovales dans un placier alluvionnaire
* Il y a de l’Or ici?

NB. Pour des raisons évidentes de préservation des lieux sauvages et des biotopes, je ne divulguerai pas les localisations précises de mes recherches. 

Car je tiens à conserver en l’état et à l’abris des curieux, des touristes, des fâcheux, de vénaux ou des mercantiles ces endroits magnifiques et magiques.

Si vous orpaillez, rebouchez vos trous! Respectez l’environnement et ne laissez aucune trace de votre passage!

Copyrights Vivien Laïlle, Copyright Goldsnoop.com 2019, droits réservés.

(Visited 334 times, 1 visits today)