Prospection aurifère sur du bedrock ardoisier, en bordure d’une rivière ariégeoise

Ce samedi après midi 14 septembre, c’est bientôt la fin de l’été, j’ai pensé approfondir mes recherches sur un endroit déjà reconnu et repéré précédemment, un affleurement de bedrock rocheux de schistes noir/bleus.

Déjà en ce lieu, il y a 2 semaines, j’y avais trouvé quelques paillettes d’or, dans 2 petites marmites ; cette fois-ci, je voulais procéder à des tests de prélèvements d’échantillons dans certains endroits précis, en tout 4 places.

La journée est ensoleillée et agréable, l’orage est arrivé en fin de d’après midi, vers 17 h, pour rafraichir l’ambiance.

Le but de cette prospection est de récolter plusieurs échantillons parmi plusieurs zones différentes au sein du bedrock ardoisier, afin de découvrir quels sont les endroits avec les plus d’occurrences de paillettes d’or.

Je ne connais pas trop ce type de terrain, c’est la seconde fois que je me rend sur un plateau de bedrock de cette configuration, c’est un excellent prétexte pour approfondir mes recherches d’orpaillage.

Sommaire:

Auteur: Vivien Laïlle – vivien.laille@gmail.com – +33(0)695343545

Date de publication: 14 septembre 2019

Mots clef: or, orpaillage, Ariège, Couserans, chercheur d’or, paillettes, bedrock, bedrock rocheux, Pyrénées, rivière, or alluvionnaire, alluvions, sable noir, marmites, socle rocheux, failles, creux, dépression rocheuse, paillettes d’or, paillette, paillettes, paillette d’or, roche mère,

Introduction

Le but de cette étude, est d’identifier, par lavages de prélèvements successifs au pan, différentes zones plus aurifères que d’autres, au sein d’un même plateau de bedrock ardoisier.

Pour cela, j’ai divisé les prélèvements en 4 familles:

  • 1. marmites dans bedrock,
  • 2. mousses sur bedrock,
  • 3. creux dans bedrock,
  • 4. accumulation sur bedrock.

Je sais déjà que la rivière est aurifère, donc cette étude sera essentiellement quantitative.

Spécimens trouvés

J’ai reconnu durant cette recherche plusieurs beaux spécimens de paillettes d’or alluvionnaires, qui complètent la collection minéralogique.

Ci-dessous: des paillettes d’or, telles que présentées dans le pan. Le premier lot trouvé.

Ci-dessous: le second lot de paillettes d’or trouvées ce jour là pendant la prospection aurifère.

D’autres paillettes d’or ont d’ailleurs été observées pendant cette étude de prospection aurifère.

Site de prospection

Lorsque j’arrive sur le site de recherche, j’y vois une terrasse et un affleurement rocheux incliné et horizontal de socle ardoisier, avec des zones de mousses.

L’endroit est très humide, très humique avec de la végétation, des herbes et des arbres, des arbustes.

De nombreuses aspérités, marmites ou creux sont autant d’endroits et de pièges potentiels où des particules d’or peuvent s’y loger.

Une cinquantaine de mètres de bedrock d’ardoises, avec des marmites, des graviers, des galets, et de la mousse. L’ensemble est situé en bordure d’une terrasse alluvionnaire visible à gauche.
Le sable s’est déposé sur le plateau de bedrock, il y a aussi de la mousse et beaucoup de failles et de creux, ou d’interstices, autant de pièges à or potentiels.

Ci-dessous: d’autres vues plus détaillées des dépôts de sables, de graviers, de galets et d’alluvions sur le bedrock d’ardoises.

Au sol il y a des sables, des graviers, des galets, pas de gros rocher ; les matériaux sont roulés essentiellement. Il y a du quartz, des ardoises, des marbres, des roches oxydées, des granits, des amphiboles, des calcaires.

Pourquoi cet endroit?

J’ai choisi cet endroit pour les raisons suivantes:

  • Il y a des anciennes mines dans le coin, dans un rayon de 5 à 10 km,
  • Travailler directement sur du bedrock maximise mes chances de trouver de l’or, surtout s’il y a des creux, aspérités, mousses, marmites et obstacles, il fallait donc y faire des essais.
  • La rivière dans laquelle a lieu la prospection est aurifère, comme le confirme de nombreuses études que j’ai effectué récemment, voici les articles de références et résultats à ce sujet: (1), (2), (3), (4), (5), (6).
  • En amont: la rivière et les affluants traverses des zones de conglomérats, de brèches, de grès, de carbonates, et schistes ardoisiers (sources cartes géologiques BRGM). Il est possible de constater la présence de rochers ou de galets roulés des ces différents types de roches citées.

Matériel utilisé

Voici le matériel que j’ai utilisé pour cette journée de prospection aurifère:

  • 1 pan américain classique vert,
  • 1 marteau de géologue,
  • 1 petite pioche,
  • 1 mini pèle,
  • 1 petite cuillère à café,
  • 1 grosse cuillère à soupe,
  • Des flacons d’échantillons propres,
  • 1 pipette,
  • 1 mini pan,
  • 1 microscope binoculaire.
Eventail du matériel utilisé pour chercher de l’or ce jour là en Ariège.

Méthodologie de travail

Voici la méthode de travail:

  • Pour chaque place, j’ai procédé aux prélèvements des matériaux avec le marteau de géologue, les cuillères, la pioche, la pèle et le pan,
  • Une fois les alluvions placés dans le pan, j’ai procédé à plusieurs lavages successifs et séparés, en veillant à bien nettoyer le pan à chaque fois entre les lavages,
  • Pendant les lavages au pan, j’ai bien pris le temps de débourber, de malaxer les sables,
  • Une fois les lavages réalisés, et les concentrés de sables noirs révélés et visibles, je les ai prélevés à la pipette, pour les isoler dans différents flacons propres individuels séparés et étiquetées.
  • J’ai ensuite observé les concentrés au microscope binoculaire.
  • En tout, j’ai réalisé 4 essais de prélèvements successifs, correspondant à 4 endroits ou cas différents, mais répartis sur le même plateau de bedrock.

Je n’ai pas utilisé de tamis pendant les lavages au pan, car je ne voulais pas m’encombrer de beaucoup de matériel, j’ai pris le stricte minimum pour réaliser mes échantillons.

Lieux de prélèvements

Echantillon n°1: dans 2 petites marmites de bedrock

En fait, la dernière fois, je n’avais pas vu ces 2 jolies petites marmites, dans ma joie et ma lancée, j’étais passé à coté, parfois celles-ci se cachent!

2 petites marmites prometteuses avec de quoi remplir le contenu d’un pan. Je l’ai ai vidée avec le marteau de géologue et les cuillères. Les galets étaient bien soudés à l’intérieur des marmites.
L’échantillon d’alluvions du fond des marmites récupéré dans le pan est un peu glaiseux, grisâtre et légèrement bleuté. Il y a un peu d’argiles, j’ai du bien débourber.

Ci-dessous: 2 petites marmites ont été vidées. J’ai soigneusement vidé ces dernières avec des cuillères, pour bien récupérer le fond des alluvions présents.

Voici le contenu des concentrés de sables noir que j’ai récupéré dans les alluvions des 2 marmites récoltées. C’est très lourd et dense, il y a du métal là dedans c’est sur. Je vais ensuite l’inspecter au microscope binoculaire à l’atelier.

Echantillon n°2: dans de la mousse sur bedrock

Si je gratte les mousses, je remarque la présence de sables et de petits graviers en dessous, ce sont des pièges à or potentiels, au même titre que les tapis passifs ou moquettes de nos rampes de lavage.

J’ai prélevé l’équivalent d’un pan de ces mousses, avec les alluvions associés, pour les laver au pan.

De la mousse est présente sur l’affleurement de bedrock ardoisier.
Un pan d’échantillon de mousses de bedrock, avec ses alluvions.
Voici les concentrés de sables noirs récoltés dans les alluvions des mousses de bedrock, c’est plutôt bon signe. Je vais ensuite les ausculter au microscope binoculaire.

Echantillon n°3: dans une dépression riche en petits graviers roulés

Le bedrock rocheux ardoisier montre des creux, des failles, avec des petits graviers roulés et oxydés de 3 cm de diamètre maximum ; j’ai décidé d’y faire un test.

Le bedrock présente, à certains endroits, des creux.

Ci-dessous: j’ai prélevé des alluvions dans ce creux, une dépression naturelle formée par le bedrock ardoisier.

Echantillon n°4: dans du gravier sur le bedrock

Sur certains aplats du bedrock, il y a des petites plages d’alluvions, dans lesquels j’ai réalisé un prélèvement.

Ce n’est pas forcément creux, mais il y a accumulation et dépôt de matériaux alluvionnaires.

Des alluvions se sont accumulés à même le bedrock rocheux, en bordure de la rivière.
Des matériaux alluvionnaires de petits galets et graviers sont déposés et accumulés à même le bedrock lors de crues successives, j’y ai effectué un prélèvement d’échantillon ici.

Résultats

Résultats échantillon n°1

Le fond du pan du prélèvement n°1 a révélé la présence d’éléments ferreux en provenance d’activités humaines (clous rouillés), mais aussi des petits plombs de pèche ou de chasse oxydés de couleur blanche.

Ces indices sont très prometteurs, et démontrent que des matériaux lourds se sont déposés dans les 2 petites marmites qui étaient pleine à raz bord.

Je note ainsi la présence de sables noir, fins et dense, avec des magnétites, des petites hématites.

Des clous rouillés, des petits plombs, du sable noir, des hématites, autant d’indices révélateurs et faciles à relever pour un chercheur d’or, qui tendent à penser que ce fond de ce pan est positif à l’or. Nous verrons cela à l’atelier, je préfère récolter un maximum d’échantillons sur place!

Le fond des marmites est composé de galets d’une dizaine en centimètres de diamètre maximum, et aussi de belles hématites (on dirait des météorites), assez denses et lourdes, de couleur brunes ou noires, et parsemés de petits trous.

L’hématite, un indice important de présence d’or dans la nature, est une espèce minérale composée d’oxyde de fer(III) de formule Fe2O3 avec des traces de titane Ti, d’aluminium Al, de manganèse Mn et d’eau H2O. C’est le polymorphe α de Fe2O3, le polymorphe γ étant la maghémite. C’est un minéral très courant, de couleur noire à gris argenté, brun à rouge, ou rouge, avec de nombreuses formes cristallines. Les cristaux peuvent atteindre 13 cm.

Panel des galets et roches présentes dans les petites marmites, on peut constater la présence de 3 blocs ferreux d’hématites noires oxydées. Les gros galets faisaient obstacles j’ai du forcer pour les enlever, du sable était dessous au fond des marmites. Là où il y a des hématites et du quartz, il y a de l’or.

A l’atelier, auscultant attentivement au microscope binoculaire les sables noirs, j’ai découvert dans ce prélèvement, dans un premier temps, 4 belles paillettes d’or, dont 2 de belles tailles, de 1.5 à 2 mm.

4 beaux spécimens de paillettes d’or, dont 2 paillettes alluvionnaires aplaties de 2 mm de diamètre. Comparaison à l’échelle avec une pièce de 2 centimes d’euros.

Ci-dessous: vue au microscope binoculaire des spécimens de paillettes d’or observées dans l’échantillon n°1, 4 paillettes dont 2 grosses de 1.5 à 2 mm de diamètre. L’une est un grain d’or assez roulés par la rivière ; le second, est très intéressant, une belle trouvaille minéralogique, car c’est un petit grain boursoufflé jaune et grise/blanche, soit c’est un mélange d’électrum et d’or fin assez pur, soit le grain a été attaqué au mercure naturellement.

Vue au microscope binoculaire des 4 paillettes d’or trouvées. En haut: 2 petites paillettes d’électrum, alliage naturel d’or et d’argent, de couleur grises/blanches. Au centre à droite: un grain d’or roulé par les graviers de la rivière. En bas à droite: un grain d’or boursouflé attaqué au mercure ou bien un mélange d’électrum/or. Ce sont des beaux spécimens d’or alluvionnaires des rivières ariégeoises.
Ce petit grain d’or mesure environ 2 mm de longueur, et 1 mm de largeur, composé d’or très fin, très pur, c’est un or provenant sans doute de gite primaire, puis roulé par la rivière, c’est pour cette raison qu’il présente des courbures. Il provient probablement d’un gite pas très loin du site de prélèvement (5 à 10 km), mais il a séjourné assez longtemps dans la rivière, sans pour autant être devenu plat.
Ce spécimen est splendide minéralogiquement, il mesure 1.5 mm de diamètre, c’est un grain d’or boursouflé, jaune et gris ; peut-être a t’il été attaqué par du mercure naturellement. Ou bien, il se peut que cela soit aussi un alliage naturel d’or et d’éléctrum, avec de l’argent.

Ci-dessous: le tapottage progressif me permettant d’affiner mon concentré, j’ai donc pu isoler au microscope d’autres spécimens de paillettes d’or dans le mini pan. 3 paillettes dont 2 grains d’or jaune, et un grain gris de type éléctrum. La dernière paillette d’or est grise, composée d’un alliage d’or et d’argent.

Lot de belles paillettes trouvées dans les marmites. En haut: une paillette d’or gris de type électrum. En bas à gauche: un petit grain de 1 mm de long. Au centre: un petit grain <= 1mm de long. En bas à droite: un beau grain d’or de 2 mm de longueur.
Un magnifique grain d’or de 2 mm de long, ayant subit des actions mécaniques des graviers et galets dans la rivière.
Un joli petit grain d’or pur de 1 mm de diamètre, en provenance des 2 marmites de la rivière.

Résultats échantillon n°2

2 petites paillettes d’or minuscules ont été trouvées dans l’échantillon n°2 composé de mousses et de sables.

Une petite paillette d’or alluvionnaire détritique trouvée dans des alluvions de la mousse, aplatie, en forme de flaque, indice qu’il a séjourné assez longtemps dans la rivière. Diamètre < 0.5 mm.
Une autre petite paillette minuscule, mais existante, en provenance des mousses. Ce spécimen est aplati, en forme de flaque, c’est un or alluvionnaire, détritique. Diamètre < 0.5 mm.

Résultats échantillon n°3

Après auscultation du concentré de sables noirs, je n’ai rien trouvé, aucune paillette.

Résultats échantillon n°4

Après auscultation du concentré de sables noirs, je n’ai rien trouvé, aucune paillette.

Palmarès des résultats obtenus

  • Echantillon n°1 (marmites): Qté 8,
  • Echantillon n°2 (mousses sur bedrock): Qté 2,
  • Echantillon n°3: Qté 0,
  • Echantillon n°4: Qté: 0.

Discussions

  • La présence d’or de couleur jaune, et gris, montrent la présence d’un or fin très pur, mais aussi d’alliage d’or et d’argent, grâce à l’éléctrum. Ce sont des indices de présence d’or, d’argent, de plomb dans le nature, cela est confirmé par la présence avérée d’anciennes mines de sulfures (galène, blende), d’oxydes et d’hydroxydes de fer, et de cuivre.
  • Les résultats de la présence d’or dans les marmites confirment les observations révélées dernièrement dans la prospection aurifère du 30 aout 2019.
  • La question de la présence d’or dans les mousses et les marmites n’est pas du tout une surprise, d’ailleurs les chercheurs d’or professionnels recommande surtout les marmites sur bedrock. Beaucoup de textes, ouvrages, vidéos évoquent et confirment cela. L’or dans les marmites est une règle de prospecteur qu’il ne faut surtout pas remettre en cause.

Conclusions

De belles trouvailles, et un beau cadre naturel, tout ce qu’il faut pour savourer un agréable moment de bonheur et de quiétude.

Les marmites ou trous dans le bedrock sont des machines à concentrer les matériaux lourds (fer, plomb, or), et il est pertinent d’y faire des recherches ; en tout cas, celles de la rivière dans laquelle je prospecte, contiennent de l’or, très petit et très fin, pas de quoi devenir millionnaire attention!

Les mousses sur bedrock sont elles aussi aurifères, mais en quantités moindres (4 fois moindre ici dans mon étude), du moins sur ce site de prospection sur lequel j’ai réalisé mes essais.

Le reste des échantillons n’a pas révélé de paillettes d’or, les petits amas d’alluvions déposés à même le bedrock, ne semblent pas du tout intéressantes dans le cadre de la prospection aurifère.

Donc, il faut chercher dans les trous, aspérités, failles, et les mousses.

Si vous aussi vous avez trouvé de l’or dans des marmites, merci de me faire parvenir vos contacts et illustrations, afin que je puisse illustrer mes propos par des exemples de références.

Références

Web

Vidéos

Le chercheur d’or whex whex présente des cours de vidéo d’orpaillage qu’il faut voir absolument ; ici une vidéo sur les marmites et les failles, avec une explication de l’effet venturi, une vidéo en langue française. Sa chaine Youtube est ici: https://www.youtube.com/channel/UCTaVyJsgYkRJ-apXAOFSjsQ

Livres

Orpaillage:

  • Je vous recommande aussi la lecture attentive du livre sur l’orpaillage de P. Proust, datant de 1920, intitulé Prospection, gisements, extraction de l’or, des éditions Gauthier-Villars et Cie. Livre disponible ici.
  • Le livre français édité par le BRGM et écrit par Christian Guiollard, et intitulé le Guide pratique du chercheur d’or en France, cet ouvrage est une référence. Il y a un large chapitre de cours sur l’or alluvionnaire. Je vous recommande tous les livres de cet auteur qui est aussi historien des mines d’or française. Livre disponible à l’achat sur le site de la Fnac.

Histoire & archéologie (Ariège):

  • Etudes historiques sur l’ancien pays de Foix et le Couserans, de Adolphe Garrigou, 1856, des éditions Lacour Rediviva. Disponible ici.
  • Etudes historiques sur l’ancien pays de Foix et le Couserans limites de l’ancienne Aquitaine et de la Province Romaine du temps de Jules César, de Adolphe Garrigou, 1856, des éditions Lacour Rediviva. Disponible ici.
  • Vallées ariégeoises avant l’invasion romaine, de Adolphe Garrigou, 1856, des éditions Lacour Rediviva. Disponible ici.
  • Le gisement et le traitement direct des minerais de fer dans les Pyrénées & l’Ariège (Ed 1843), Hachette Livre, BNF, de Jules François.
* Les fouilles arrivent!

NB. Pour des raisons évidentes de préservation des lieux sauvages et des biotopes, je ne divulguerai pas les localisations précises de mes recherches. Car je tiens à conserver en l’état et à l’abris des curieux, des touristes, des fâcheux, de vénaux ou des mercantiles ces endroits magnifiques et magiques.

Si vous orpaillez, rebouchez vos trous! Ne laissez aucune trace de votre passage! Respectez la nature. Orpaillez de manière responsable.

Copyrights Vivien Laïlle, Copyright Goldsnoop.com 2019, droits réservés.

(Visited 382 times, 1 visits today)