Test d’un échantillon de touffes de racines d’herbes, prises sur du bedrock

Aujourd’hui, ce dimanche 20 octobre 2019, marquera pour nous la fin de la saison d’orpaillage en rivière ; cet hiver, nous nous concentrerons sur des tests de concassages de rochers, l’étude de rochers, et aussi des essais de prospections en affleurement, loin des rivières et des poissons.

Sur le chemin du retour, nous avions décidé de faire une halte improvisée, en un lieu que j’avais visité et repéré l’été dernier.

Pour marquer le coup, l’Orpailleuse Mystère a réalisé un test d’échantillon au pan, à partir d’un tapis de touffes de racines d’herbes de 5 à 10 cm d’épaisseur, prélevées directement sur du bedrock.

L’Orpailleuse Mystère voulait prendre sa revanche, car hier, elle avait fait 4 ou 5 pans sans succès ; déçue et mécontente, elle était revenue bredouille. Elle voulait terminer la saison d’orpaillage avec un pan bien rempli de paillettes d’or, et je la comprends! Et c’est le coeur décidé et plein d’opiniâtreté, qu’elle s’est vite affairée à la tâche!

L’étude de prospection aurifère aura duré 1 heure environ, entre 2 fronts de pluies, le temps était très gris et très couvert, frais et pluvieux ; l’automne s’est maintenant bien installé dans les montagnes, les feuillages ont viré au jaune, orange, rouge et tombent, recouvrant et cachant les plages et les galets.

Nous ne divulguerons pas le nom du site de prospection, nous dirons seulement que c’est en Ariège en France, plus précisément dans le territoire du Couserans.

Un test d’échantillonnage très prometteur, car très positif ; en tout la présence d’une quarantaine de paillettes fines qui ont été découvertes dans un seul et unique pan, composé d’un sable très fin et riche en sables noirs, très métallique.

Ce sont ses découvertes, c’est elle qui a eu le privilège de faire ces belles trouvailles, et je suis fier d’elle. Pour ma part, je n’ai rien fait.

Sommaire:

Date de publication: 20 octobre 2019.

Auteurs: Vivien Laïlle & Christine Rives – vivien.laille@gmail.com

Mots clefs: alluvions, Ariège, bedrock, bedrock rocheux, chercheur d’or, Couserans, gisement détritique, gisements détritiques, gravière, montagnes ariègeoises, or, or alluvionnaire, or détritique, orpaillage, orpailler, paillettes d’or, pan, placier, placier alluvionnaire, prospection aurifère, Pyrénées, rivière, terrasse alluvionnaire

Spécimens

L’Orpailleuse Mystère a découvert un joli lot de petites paillettes d’or fines dans son pan, en tout une quarantaine de spécimens dont 4 plus imposantes.

Dans ces paillettes, certaines sont très fines, c’est de l’or dit “en farine” ou “en poudre”, et mesurent moins de 0.1 mm à 0,2 mm en général.

Il faut noter aussi la présence d’une belle grosse paillette d’or gris de 3 mm de largeur au moins, de l’eléctrum, un alliage d’or et d’argent naturel.

Voici le premier lot de paillettes découvertes dans le pan ce jour là, dont un beau grain d’éléctrum, alliage naturel d’or et d’argent. Photographie prise au microscope binoculaire.
Prise de vue comparative, pour prendre en compte les grandeurs de tailles des paillettes, ici comparées à une pièce de 1centime d’euro. Elle sont fines et petites, mais elles existent bien!
Voici le second lot de paillettes découvertes dans le pan d’échantillon test. 4 paillettes d’or alluvionnaires détritiques, aplaties, dont une dendritique et un petit grain. Les autres spécimens sont très petits. Une règle permet de bien mesurer les grandeurs des tailles des paillettes.

Site de prospection

La zone de travail et de recherche est située sur un affleurement de bedrock rocheux, en aval d’un petit barrage de pierres et de ciments artificiel.

En fait, il est interessant de constater que ce bedrock forme une sorte de canal étroit, rempli de failles potentielles.

Aussi, il faut noter la présence de touffes d’herbes sur ce bedrock, autant de pièges à or potentiels.

Ce type d’endroit dans une rivière aurifère, gavé d’anfractuosités, de pièges, de rifles, de failles, de touffes végétales, de mousses, peuvent être des lieux de grandes concentrations aurifères.

Du bedrock rocheux dont la configuration et la composition méritent des recherches attentives et plus systématiques.
Sur ce bedrock, il y a des alluvions, des galets roulés, des rochers arrondis, mais aussi des matériaux rouillés en fer, et des zones végétales. La présence de fer et de gros galets roulés est un très bon indice pour la recherche de l’or en rivière. C’est une preuve du niveau de montée des eaux dans le passé.
Les galets, graviers et alluvions sont accumulés au fond d’un canal de bedrock rocheux, une sorte de marbre gris avec traversés par des filons quartzeux. Les galets mesurent entre 5 cm et 50 cm en moyenne, voir plus.
Au sol, on y trouve: quartz, schistes bleus/noirs, marbres, granits, un peu de calcaire aussi, il y a aussi du conglomérat et du grès oxydé. Je note la présence de beaucoup de roches oxydées (des schistes noirs, du conglomérat ou du grès surtout).
Au dessus du bedrock à 3/4 m de hauteur environ au dessus du niveau de l’eau, une gravière de galets roulés et de sables. Leur présence montre que le niveau des eaux peut considérablement monter pendant les crues printanières de fonte des glaces mais aussi pendant les épisodes d’orages estivaux.

A première vue, cet endroit semble être un petit paradis pour chercheurs d’or, en tout cas c’est un très bon cas d’école, car il présente beaucoup de cas de figures que l’on peut retrouver dans des cours théoriques d’orpaillage.

Zone de prélèvement

Pour ce test de prélèvement, les échantillons sont issus d’un tapis de touffes de racines d’herbes, de 50 cm de diamètre environ, et de 5 à 10 cm d’épaisseur.

Ce bloc végétal directement posé sur le bedrock, est situé à 1 m ou 1.5 m au dessus du niveau de surface de la rivière pile dans l’axe du chenal créé par le bedrock en cas de crues.

L’Orpailleuse Mystère a réalisé son prélèvement dans la touffe de racines végétales placée au milieu du cercle rouge dans la photo ci-dessus.
Voici la zone de prélèvement précise: une fois la touffe de racines des végétaux retirée, pour le lavage au pan à venir. Celle-ci était posée sur le bedrock, comme un tapis épais de 5 à 10 cm, riche en sable fin ; il s’agit d’une véritable moquette piège à or (comme dans un sluice ou une rampe).
Inspection de petites marmites, pas assez profondes et trop petites, remplies de limons essentiellement. Au premier plan: le pan rempli de l’échantillon de touffe de racines d’herbes.

Pourquoi ici?

Voici les principales raisons qui nous ont menés à prospecter ici en ce lieu:

  • Il y a du bedrock rocheux constituant un large plateau, un socle sur lequel repose du matériel alluvionnaire, riche en riffles, failles et obstacles,
  • Ce bedrock est submergé en cas de crues importantes,
  • Le bedrock déborde d’une terrasse alluvionnaire (une gravière) d’argiles et de galets roulés, datant selon le BRGM du quaternaire, et qui semble un peu marneuse aussi,
  • Le bedrock ressemble à un chenal, une sorte de sluice géant, dans lequel les grappes et touffes d’herbes jouent le rôle de moquettes et les failles le rôle de rifles, comme dans un sluice ou une rampe d’orpaillage,
  • Présence d’indices de roches aurifères: quartz, ardoises, marbres, schistes noirs oxydés (ardoises), roches rouges et ocres oxydées, conglomérats quartzeux, quartzites,
  • Il y a des matériaux en fer oxydé, résidus d’activités humaines et agricoles (clous, anneaux,…) ; pour des raisons de densité, l’or est souvent associé à de la présence d’objets en fer,
  • Données minières: présence de nombreuses mines de zinc (galène), plomb argentifère (galène), de fer, et aussi des gisements d’ardoises noires et bleues,
  • Données historiques et littéraires: présence aurifère avérée dans cette rivière, cité dans plusieurs textes, documents et sources, y compris dans la presse,
  • Données BRGM: plus en amont, du grès, du schiste, du marbre, du calcaire, du granit, du conglomérat quartzeux ; il y a aussi la présence de nombreuses anciennes mines de galène (sulfure de plomb argentifère) et de blende (sulfure de zinc), avec des gisements cuivreux anciens aussi.
  • Nous avons déjà trouvé de l’or dans cette rivière, lors d’autres tests de prospections aurifères: voici d’autres articles et références à ce sujet: 1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10.

Matériel utilisé

Pour cette sortie d’échantillonnages et de tests, nous avons pris très peu de matériel:

  • 1 pan américain grand format, propre et lavé
  • 1 petite pioche,
  • 1 marteau de géologue,
  • 1 flacon tubulaire aspirant en plastique,
  • 1 mini pan lavé,
  • 1 pipette propre et lavée, 
  • 1 flacon de tube à essais en plastique propre,
  • 1 microscope binoculaire.

Pour cette étude, nous n’avons pas utilisé de tamis, les mottes d’herbes et les racines ont été débourbées à la main, cela prend du temps car celles-ci sont très touffues et denses, mais remplies de sables et petits graviers.

Méthodologie de travail

Pour réaliser un lavage méticuleux des mottes d’herbes, la chercheuse d’or procède au débourbage à la main. Les racines étant denses et touffues, cela prend du temps, mais in reste au final dans le pan du sable très fin et des petits graviers roulés de 1 cm maximum.
Chaque motte est cassée, broyée, lavée, remuée, à la main, il y a un peu d’argiles aussi.
L’opération de lavage du pan a requiert une durée 25 minutes au moins pour bien laver les touffes d’herbes, puis concentrer les sables noirs, puis l’isoler correctement par tapotages successifs.

Résultats

Un résultat fort intéressant, et très prometteur, ouvrant la voie à des futurs travaux de recherches et de prospections aurifères en cette province.

Les clous, objets en fer rouillés, objets agricoles en fer, plombs sont ‘excellents indices qui sont souvent associés à la présence d’or dans les rivières.
La photo de famille: des paillettes d’or fins de l’Ariège.
Une constellation de paillettes d’or dites “en farine” ou en “poudre” et une paillette beaucoup plus imposante d’éléctrum.
Vue détaillées de petits grains d’or fin en farine ou en poudre trouvées dans le premier lot.

Ci-dessous: d’autres vue détaillées des paillettes d’or découvertes dans le pan des touffes d’herbes, ici le second lot.

Vue détaillée à l’échelle, avec une règle d’écolier en plastique. 1 mm mesure l’espace entre 2 barres noires.
Une autre vue des 3 paillettes d’or les plus belles et les grosses du lot découvertes dans l’échantillon.
Vue plus détaillées de 2 paillettes d’or fin: deux beaux spécimens.
Une paillette d’or dendritique, cristallisé, et bicolore: jaune et gris argent, il y a mélange d’alliages d’or et d’argent. La présence d’argent provient de gisements de sulfures de plomb argentifère (galène) plus en amont dans les montagnes.
Une belle paillette d’or fin plate en forme de flaque.
Une paillette d’or aplatie par l’action mécanique des sables, galets et graviers avec l’eau de la rivière, pendant des milliers d’années.
2 petits grains d’or alluvionnaires détritique, dont le plus gros au dessus est cristallisé et dendritique.

Ci-dessous: des nouvelles trouvailles réalisées pendant l’hiver suivant, après examens de concentrés de sables noirs au microscope pendant l’hiver.

Des paillettes d’or fin découvertes ce jour là. 1 mm sépare 2 traits noirs de la règle, pour mesurer les proportions.
Des beaux spécimens de paillettes d’or fin, détritique, et alluvionnaire. Ils résument très bien à elles seule l’éventail des formes disponibles dans l’Ariège. 1. En haut à droite: 1 grain d’or amalgamé (mercure), et 1 grain d’or blanc/gris de type électrum, un alliage d’or et d’argent naturel. Cela est normal puisque il y a de la galène argentifère dans la localité. Le mercure provient de résidus d’activités agricoles des années 60/70’s. 2. En bas vers la gauche: 1 grain en point d’or, 2 belles paillettes en forme de flaques d’or fin détritique, et qui on été aplaties par les roulements mécanique des galets de la rivière. 3. A droite sur le coté: 1 grain d’or cylindrique, qui à la base était probablement un grain en point.

D’autres découvertes faites ce jour là, ci-dessous:

Des magnifiques paillettes d’or fin détritiques, en forme de flaques, d’un beau jaune. Ces types de paillettes sont très pures.
A gauche: une paillette d’or gris électrum pliée et roulée. Et à droite: 4 grains d’or fin de couleur jaune.

Conclusions

Une prospection aurifère faite sur un coup de tête! Rien de mieux, c’est cela l’aventure! Nous n’avions pas décidé de faire cette petite escapade à la base.

Du coup, nous avons récolté des nouvelles données et un nouvel échantillon, et aussi des nouvelles paillettes d’or!

Un seul et unique pan, magnifique, avec la présence d’une quarantaine de paillettes d’or, rien de mieux pour boucler la saison d’orpaillage en rivière…

C’est un nouveau site d’étude à explorer et à approfondir, avec un très bon potentiel, très prometteur. Nous y retournerons au printemps, durant la saison orpaillage 2020.

Nous avons hâte d’observer cet endroit pendant les crues, afin d’observer les comportements des flux et la progression des alluvions.

Références

Livres

Orpaillage et géologie:

  • A. Lacomme, Étude minéralogique des dépôts aurifères, de l’Ariège au Salat, dont le résumé est ici et sur WorldCat
  • Le livre sur l’orpaillage de P. Proust, datant de 1920, intitulé Prospection, gisements, extraction de l’or, des éditions Gauthier-Villars et Cie. Livre disponible ici.
  • Le livre français édité par le BRGM et écrit par Christian Guiollard, et intitulé le Guide pratique du chercheur d’or en France, cet ouvrage est une référence. Il y a un large chapitre de cours sur l’or alluvionnaire. Je vous recommande tous les livres de cet auteur qui est aussi historien des mines d’or française. Livre disponible à l’achat sur le site de la Fnac.

Histoire & archéologie (Ariège):

  • Premier mémoire sur l’or retiré de l’Ariège, de DIETRICH (DE) Baron, des éditions Lacour Rediviva. Disponible ici.
  • Ariège – Pyrénées MUSSY (M.), 1864 – Gîtes métalliques du Saint-Gironnais, Pages 80, 81, 82,83, disponible ici.
  • Les ressources minérales de l’Ariège de M. MUSSY, 1ère et 2ème partie, disponibles ici et ici.
  • Au Pays des Hommes et du Fer, le livre intitulé Richesses et exploitations minières en Ariège, Tome 1 et Tome 2, du géologue Henri Tabarant. Il sont devenus introuvables.
  • Etudes historiques sur l’ancien pays de Foix et le Couserans, de Adolphe Garrigou, 1856, des éditions Lacour Rediviva. Disponible ici.
  • Etudes historiques sur l’ancien pays de Foix et le Couserans limites de l’ancienne Aquitaine et de la Province Romaine du temps de Jules César, de Adolphe Garrigou, 1856, des éditions Lacour Rediviva. Disponible ici.
  • Vallées ariégeoises avant l’invasion romaine, de Adolphe Garrigou, 1856, des éditions Lacour Rediviva. Disponible ici.
  • Le gisement et le traitement direct des minerais de fer dans les Pyrénées & l’Ariège (Ed 1843), Hachette Livre, BNF, de Jules François.

Autres livres:

  • Je vous recommande aussi la lecture attentive du livre sur l’orpaillage de P. Proust, datant de 1920, intitulé Prospection, gisements, extraction de l’or, des éditions Gauthier-Villars et Cie. Livre disponible ici.
  • Le livre français édité par le BRGM et écrit par Christian Guiollard, et intitulé le Guide pratique du chercheur d’or en France, cet ouvrage est une référence. Il y a un large chapitre de cours sur l’or alluvionnaire. Je vous recommande tous les livres de cet auteur qui est aussi historien des mines d’or française. Livre disponible à l’achat sur le site de la Fnac.

Vidéos

  • Je vous invite à consulter les vidéos de l’orpailleur Jan The Prospector, des cours théoriques de prospections aurifères en vidéo et en français, riches en enseignements et en explications. Les vidéos de Jan The Prospector sont idéales pour les chercheurs d’or débutants ou les néophytes, car il explique très bien les concepts de base, et c’est un passionné, cela se voit. Voici 3 vidéos essentielles et incontournables à regarder pour apprendre:
  • Une video de l’orpailleur Or de Ma Vue, intitulée “Un piège à or efficace: de l’or dans une touffe d’herbe” présentant des cas de recherches aurifères dans des racines sur du bedrock, en langue française.
  • Une autre vidéo du prospecteur Golden Submarine, intitulée “Orpaillage dans les racines la folie” en langue française, présentant ses recherches dans des touffes de racines d’herbes en bordures de rivière.
  • Une vidéo du chercheur d’or Gold Addict, intitulée “De l’or dans les racines” en langue française, qui montre d’autres cas de prospections aurifères dans des racines d’herbes en bordure de rivières.

Web

Les fouilles arrivent!

NB. Pour des raisons évidentes de préservation des lieux sauvages et des biotopes, je ne divulguerai pas les localisations précises de mes recherches. Car je tiens à conserver en l’état et à l’abris des curieux, des touristes, des fâcheux, de vénaux ou des mercantiles ces endroits magnifiques et magiques.

Si vous orpaillez, rebouchez vos trous! Respectez l’environnement et ne laissez aucune trace de votre passage!

Copyrights Vivien Laïlle, Copyright Goldsnoop.com 2019, droits réservés.

(Visited 468 times, 1 visits today)