De l’or dans un mur de terre, d’argiles, de graviers et de galets roulés

Prospection réalisée en mai 2020, article rédigé le 8 mai 2021.

Bonjour les amis,

Merci pour vos échanges et pour votre fidélité, et pour vos messages et nombreux partages et commentaires.

N’oubliez pas! Il faut chercher, tester, être curieux de tout! Ne vous référez pas à ce que nous connaissons déjà, mais cherchez ce que nous connaissons pas… et surtout! cherchez par vous-même, n’écoutez pas les autres! Vérifiez par vous-même. Soyez patients et opiniâtres…

Dans cet article, je souhaite vous présenter une recherche que j’ai réalisé, dans le cadre d’une prospection aurifère, cette fois-ci dans un affleurement vertical de 2 m de hauteur, composé d’un mélange de terre, d’argiles, de graviers et de galets roulés.

Ce qui attiré mon attention, c’est la présence de graviers et de galets roulés enclavés dans le substrat de l’affleurement ; cette configuration peut être un bon signe.

Aussi, ayant procédé à un test de prélèvement positif à la base de cet affleurement, j’y ai trouvé quelques paillettes d’or ; je voulais donc vérifier dans le mur d’affleurement, in situ.

Cette publication développe et explique mes travaux de prospection, et présente aussi une vidéo de ma recherche, ainsi que les spécimens de paillettes et de grains d’or que j’ai pu découvrir ce jour là.

Auteur: Vivien Laïlle – Mail: vivien.laille@gmail.com – Tél: 06 95 34 35 45.

Mots clefsgalets, galet, galets roulés, affleurement, terre, argile, argiles, gravier, graviers, substrat aurifère, Ariège, bedrock, lavage au pan, montagnes ariègeoises, Montagnes ariégeoises, orpaillage, orpaillage responsable, orpailler, pan, placer, placier, placier alluvionnaire, Placier aurifère, prospection aurifère, Pyrénées

SOMMAIRE:

Quelques trouvailles

Pour se mettre un peu l’eau à la bouche, voici rapidement quelques spécimens que j’ai pu trouver après un lavage au pan du substrat de cet affleurement terreux.

Une belle paillette d’or de dimension millimétrique, isolée au fond du pan, au milieu des sables noirs.

J’ai pu réaliser d’autres découvertes de spécimens, via d’autres lavages au pan, que je vais vous présenter plus bas dans cet article.

Le site de prospection aurifère

Il s’agit d’un affleurement hors d’eau, à 3 m du cours d’eau ; c’est un mur de 2 à 2.5 m de hauteur, débouchant sur un placier plat de type plateau au niveau de la rivière composé de gros blocs, de galets et de sable.

Le mur descend en provenance directement d’un terrain agricole privé, dans lequel des vaches se prélassent, et dont le propriétaire, un ami, m’a gracieusement autorisé d’y faire quelques recherches.

Une vue générale du point de prélèvement, ici à la base du mur d’affleurement. Les substrats des galets déposés à la base sont positifs à l’or, c’est la raison pour laquelle j’ai voulu réaliser des échantillonnages dans le mur d’affleurement lui même, in situ.

J’ai décidé d’y faire quelques échantillons, car j’ai remarqué que le mur n’était pas de composition homogène, il contient en effet beaucoup de galets roulés, de dimensions centimétriques et décimétriques, enrobés d’argiles, et de terre et composé de beaucoup de sables alluvionnaires.

Ce qui est sur, c’est qu’il y a des matériaux en provenance de la rivière, qui ont été déplacés, remaniés et déposés, puis accumulés ici en ce lieu, sous la forme d’un talus sédimentaire.

Une photo qui présente le prélèvement réalisé dans le mur d’affleurement vertical, à la base. j’ai récolté l’équivalent de 3 pans de substrats, que j’ai tamisé avec un maillage de 1 cm, puis j’ai lavé et concentré les contenus, pour en récupérer les sables noirs et matériaux les plus denses et lourds.

La présence de galets roulés et de sables sont des indices essentiels dans ce cas particulier de configuration géologique, c’est un placier de dépôt aurifère secondaire.

Vidéo de la prospection aurifère

Je vous présente ci-après une vidéo de ma sortie de prospection et de mes recherches ; comme vous pourrez le constater, j’ai réussi à découvrir quelques paillettes et grains d’or dans cet affleurement terreux.

Lien vidéo ici: https://youtu.be/UM9NgnYPmc4

Cette vidéo montre le prélèvement de l’échantillon de substrat à partir du mur de l’affleurement terreux, avec une pelle, puis le remplissage du pan.

Ensuite, lavage au pan du contenu, afin de concentrer les sables noirs et les matériaux les plus lourds.

Enfin, récupération des concentrés du fond du pan avec un flacon/pipette, qui seront alors observés au microscope binoculaire.

Matériel utilisé pour la prospection

Pour réaliser mes travaux de recherche et de prospection aurifère, j’ai utilisé un matériel simple:

  • 1 pan américain classique, modèle Garrett Gold Trap, propre et lavé,
  • 1 tamis Garrett de maillage 1 cm, pour le débourbage,
  • 1 petite pelle,
  • 1 petite serfouette,
  • 1 pipette/flacon, pour récolter les sables noirs,
  • 1 mini pan,
  • 1 microscope Novex P-20 LED,
  • 1 smartphone (appareil photo).

NB. Par rapport au pan classique traditionnel Garrett, le modèle de pan Garrett Gold Trap, grâce à son design et à ses dimensions, procure l’avantage de pouvoir laver 20 à 30% de substrat en plus, ce qui est atout non négligeable dans le cadre de la prospection aurifère. C’est un excellent outil de recherches et d’échantillonnage.

Ce tamis de maillage 1 cm est une excellente solution pour classer et débourber efficacement les argiles, glaises et substrats à laver. Son maillage, pas trop fin, permet de conserver des graviers de bonnes tailles, pour faire un lavage efficace, et surtout, pour éviter de perdre des grains ou des paillettes d’or de dimensions millimétriques. Il permet de gagner du temps lors des opérations de débourbages, pendant les étapes des lavages au pan. Je souhaite rappeler que le débourbage soigné des substrats est nécessaire, il est important de prendre son temps pour obtenir des bons résultats.
Voici le modèle de microscope optique que j’utilise pour faire mes observations, dans le cadre de mes recherches: le NOVEX P-20, dont j’en suis très satisfait. Je préfère les microscopes optiques classiques, aux microscopes électroniques (Dinolite), car ils ne dépendant pas de l’électronique. Chacun ses préférences.

Personnellement, je ne suis pas un fan du sponsoring, ni de la promotion publicitaire, cependant, quand j’utilise un matériel utile, adapté et fiable, je pense qu’il est intéressant de le reconnaitre et de le partager cela auprès de tous.

Disposer des bons outils pour travailler, c’est très important!

Si vous avez peu de moyens pécuniaires, et que vous désirez tout de même exercer votre passion de la prospection aurifère, cela n’est en aucun cas un soucis, car sachez que la plupart des chercheurs d’or et prospecteurs conçoivent et fabriquent eux même leurs propres outils ; je vous recommande la lecture de l’article intitulé: DIY – Comment chercher de l’or sans dépenser un rond et sans vous ruiner?

La recherche et la prospection aurifère est à la portée de tous! Sachez-le!

Méthodologie de travail

Pour résumer très simplement la méthode de prospection aurifère:

  1. Prélèvement des graviers et des substrats dans le mur d’affleurement avec une pelle et une serfouette,
  2. Remplissage du pan américain, au dessus du tamis,
  3. Insertion dans l’eau: débourbage, tamisage,
  4. Malaxage et massage des graviers,
  5. Lavage au pan et concentration des sables noirs,
  6. Affinage, puis récupération des concentrés avec une pipette,
  7. Observations au microscope optique avec un mini pan.

Spécimens observés

Je vous présente maintenant les différentes trouvailles que j’ai pu faire dans mes lavages au pan, à partir des graviers et substrats en provenance du mur d’affleurement terreux.

Ci-dessous: le résultat du premier lavage au pan, soit 6 spécimens de paillettes et de grains d’or, de dimensions assez petites, c’est à dire inférieur à 0.5 mm environ.

Prise de vue photographique, réalisée avec un microscope optique NOVEX 20 P LED, et avec un smartphone. Vois observez sur ce cliché 6 paillettes et grains d’or de couleur jaune.

Ci-dessous: des vues détaillées des spécimens observés, dans lesquelles on peut constater que les grains et paillettes d’or sont très cristallisés, aux contours très irréguliers, xénomorphes (allotriomorphe) et anguleux. Aussi il y a peu de spécimens qui sont aplatis ou émoussés. Cela ressemble à de l’or qui a peu voyagé, qui été peu travaillé, ou qui a parcouru peu de distance par rapport à son point d’origine, ou bien cela pourrait aussi être de l’or formé en place, par les activités microbiennes et bactériennes.

Ci-dessous: le résultat du second lavage au pan, soit 5 paillettes et grains d’or fin, de couleur jaune, dont 3 qui sont minuscules, mais bien présentes, et 2 largement plus grosses, de dimensions de l’ordre de 1 mm environ. La pièce de 1 centime d’euro est utilisée comme référence d’échelle pour l’observateur. Les grains d’or les plus gros semblent plus émoussés, et sont plus épais.

L’action mécanique de l’eau et des graviers a une très grande importance: un grain d’or a qui a voyagé et parcouru une certaine distance, ou qui a passé un séjour plus long dans la rivière aura tendance dans un premier temps à émousser ses contours irréguliers, et à uniformiser le relief à sa surface.

Au fil de temps par les actions mécaniques successives, il aura tendance à s’aplatir et à se plier, pour avoir l’apparence d’une flaque d’eau, ou d’une aile de mouche, ou parfois de torsades ou des pliures.

Ci-dessous: le résultat d’un troisième lavage au pan, soit 5 spécimens de grains et de paillettes d’or fin de couleur jaune. L’un d’eux est de dimensions millimétriques, et de formes très intéressantes.

L’étude des formes et des couleurs des paillettes et des grains d’or permet aux prospecteurs d’obtenir des informations précieuses et utiles, sur l’histoire et les origines de celles-ci. Les données obtenues peuvent être mises à profit dans le cadre de vos recherches ; je vous recommande la lecture de l’article intitulé: L’or: montre moi tes formes et tes couleurs, et je te dirais qui tu es et d’ou tu viens!

Je souhaite aussi noter la présence, dans les substrats testés, d’une belle hématite, et aussi de morceaux d’hématites très petites, de 0.5 cm à 1.5 cm.

Conclusion

Comme j’ai pu le montrer dans cet article, il faut observer avec attention les différents composants des affleurements bordant les cours d’eau.

Dans certains cas, le composition intrinsèque des affleurements, peuvent être vertueux, pour y faire quelques recherches pour de l’or.

Dans cette étude, les indices ont été les suivants: de la terre, beaucoup de sables, et des galets/graviers roulés, le tout mélangé au sein de l’affleurement.

Comme toujours, les formes des grains et des paillettes d’or découverts sont toujours très hétéroclites, et reflètent une histoire et un voyage tumultueux, au sein du cours d’eau ; je suis toujours agréablement surpris et étonné par cette incroyable diversité!

Références

Web

MATTEO OBERTO (Prospecteur et scientifique italien)

ASSOCIATION DES PROSPECTEURS AURIFERES DU SALAT

MEMOIRE ET PATRIMOINE DU BIROS ET DU CASTILLONNAIS

GOLDLINE ORPAILLAGE

D’AUTRES ARTICLES SUR L’ORPAILLAGE

Livres

Orpaillage et géologie:

  • Une vidéo que j’ai réalisé, dans laquelle je présente quelques conseils et livres sur la prospection aurifères, des livres sur le géologie, l’étude des roches, et aussi en toponymie ; Quelques livres et conseils pour la prospection aurifèrehttps://youtu.be/ix9kvjlromc.
  • Je vous recommande chaudement tous les livres du spécialiste et prospecteur italien Matteo Oberto, qui sont des références dans le domaine de la recherche aurifère, ce sont des ouvrages de très grande qualité! Vous pourrez tous les trouver ici, en langue anglaise ou italienne.
  • Le livre sur l’orpaillage de P. PROUST, datant de 1920, intitulé Prospection, gisements, extraction de l’or, des éditions Gauthier-Villars et Cie. Livre disponible ici.
  • Le livre français édité par le BRGM et écrit par Christian GUIOLLARD, et intitulé le Guide pratique du chercheur d’or en France, cet ouvrage est une référence. Il y a un large chapitre de cours sur l’or alluvionnaire. Je vous recommande tous les livres de cet auteur qui est aussi historien des mines d’or française. Livre disponible à l’achat sur le site de la Fnac.
  • L’excellent guide Larousse intitulé Quelle est cette roche? de l’auteur Tom JACKSON. Disponible ici.
  • Roches et minéraux, des éditions SAEP, écrit par Hervé Jacquemin et Hervé Sider. Disponible ici.
  • Le livre intitulé Rock Identification Field Guide, de Patrick Nurre, des éditions Northwest Treasures Geology, publié en 2013. Disponible ici.
  • Un second livre de Patrick Nurre, intitulé Rock Identification Made Easy, des éditions Northwest Treasures Geology en 2014. Disponible ici.

Histoire & archéologie (Ariège):

  • Premier mémoire sur l’or retiré de l’Ariège, de DIETRICH (DE) Baron, des éditions Lacour Rediviva. Disponible ici.
  • Ariège – Pyrénées MUSSY (M.), 1864 – Gîtes métalliques du Saint-Gironnais, Pages 80, 81, 82,83, disponible ici.
  • Les ressources minérales de l’Ariège de M. MUSSY, 1ère et 2ème partie, disponibles ici et ici.
  • Au Pays des Hommes et du Fer, le livre intitulé Richesses et exploitations minières en Ariège, Tome 1 et Tome 2, du géologue Henri TABARANT. Il sont devenus introuvables.
  • Etudes historiques sur l’ancien pays de Foix et le Couserans, de Adolphe GARRIGOU, 1856, des éditions Lacour Rediviva. Disponible ici.
  • Etudes historiques sur l’ancien pays de Foix et le Couserans limites de l’ancienne Aquitaine et de la Province Romaine du temps de Jules César, de Adolphe GARRIGOU, 1856, des éditions Lacour Rediviva. Disponible ici.
  • Vallées ariégeoises avant l’invasion romaine, de Adolphe GARRIGOU, 1856, des éditions Lacour Rediviva. Disponible ici.
  • Préhistoire ariégeoise, d’Adelin MOULIS, 1936, des éditions Lacour Rediviva. Disponible ici.
  • Le gisement et le traitement direct des minerais de fer dans les Pyrénées & l’Ariège (Ed 1843), Hachette Livre, BNF, de Jules François. 
  • La mine de cuivre gallo-romaine du Goutil, à Labastide-de-Sérou (Ariège), par Jean-Emmanuel GUILBAUT, écrit en 1981. Disponible ici.
  • Le troglodytisme médiéval en haute vallée de l’Ariège: occupation et utilisations des porches des grottes, par Florence GUILLOT associée CNRS Traces-Terrae, publication proposée à l’Archéologie du Midi Médiéval. Disponible ici.
Placier aurifère de crues d’eau, avec hématites, et des paillettes d’or
* Qui cherche trouve!

NB. Pour des raisons évidentes de préservation des lieux sauvages et des biotopes, je ne divulguerai pas les localisations précises de mes recherches. Car je tiens à conserver en l’état et à l’abris des curieux, des touristes, des fâcheux, de vénaux ou des mercantiles, de la folie des hommes, ses endroits magnifiques et magiques.

Si vous orpaillez, rebouchez vos trous! Ne laissez aucune trace visible de votre passage! Prospectez de manière responsable et respectez la nature et l’environnement.

Copyrights Vivien Laïlle, Copyright Goldsnoop.com 2021, droits réservés.

Crédits photos: Vivien Laïlle, droits réservés.

(Visited 285 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire